I was in Zorzor, Liberia for only a day on a visit from Guinea and decided to walk around to see the place.  It seemed crazy to walk under the hot sun, sweat rolling down my back, in a town that at the time, would appropriately have been called a “shit hole” after too many years of war and/or mismanagement.  Like all those interested in the fate of Liberia, I was torn between believing that things would get better or descend into the chaos that marked the 1990’s when a brutal civil war devastated the country and the people. 

It was about noon and my brain which was cooking away in the heat, became engaged in listening to music that I heard playing up ahead.  As I got closer to the music, I saw the shell of a building where inside, a variety of people (children, adults, elderly, even pregnant) were all dancing.  Seeing people dancing at odd times is not surprising to me any longer after living in Africa for so long, but seeing so many and of such variety all dancing together with reckless abandon in the baking sunlight at noon, in an apparently bombed out structure, in a town called Zorzor, was frankly overwhelming. 

As I watched, I couldn’t help but get emotional and sense that I was experiencing the true spirit of the Liberian people: Even after living through so much misery, they were still positive.  Their happiness was electrifying and I was convinced that this was a sign that Liberia was on the way to recovery, and that I could return to Guinea and honestly tell the Liberian refugees that it was finally time to go home and rebuild.  If that dance was prophetic, then the prophecy was that Liberia would finally begin to recover, and so it has.

 

Zorzor, Liberia 2005

J'étais dans Zorzor, Liberia depuis seulement un jour sur une visite de Guinée et ai décidé de marcher autour de pour voir l'endroit. Il a semblé fou pour marcher sous le soleil chaud, la sueur descendant mon dos, dans une ville que à l'époque aurait de façon appropriée été appelé  "un trou paume” après trop d'années de guerre et-ou mauvaise direction. Comme tous ceux-là ont intéressé au destin du Liberia, j'ai été déchiré entre le fait de croire que les choses s'amélioreraient ou descendraient dans le chaos qui a marqué les années 1990 où une guerre civile brutale a dévasté le pays et les gens. 

C'était du midi et de mon cerveau qui cuisinait loin dans la chaleur, est devenu retenu dans le fait d'écouter la musique que j'ai entendu le fait de mettre l'accent en avant. Comme je suis devenu plus proche à la musique, j'ai vu la coquille d'un bâtiment où à l'intérieur, une variété des gens (les enfants, les adultes, les personnes âgées, même enceinte) toute dansait.  La vue des gens dansant aux temps étranges n'est pas surprenante à moi davantage après le fait de vivre en Afrique pour si longtemps, mais le fait de voir si beaucoup et d'une telle variété toute la danse ensemble avec l'abandon imprudent dans la lumière du soleil cuisante le midi, dans a apparemment ravagé la structure par des bombardements, dans une ville appelée Zorzor, était franchement écrasant.

Comme j'ai regardé, je ne pouvais pas m'empêcher de devenir émotionnel et le sens que je connaissais le vrai esprit des gens Libériens : Même après avoir habité par autant de misère, ils étaient toujours positifs. Leur bonheur électrifiait et j'ai été convaincu que c'était un signe que le Liberia était sur la voie à la récupération et que je pourrais revenir à Guinée et dire honnêtement aux réfugiés Libériens que c'était finalement le temps pour rentrer et reconstruire.  Si cette danse était prophétique, donc la prophétie était que le Liberia commencerait finalement à se rétablir et donc il a.

 

 

 

Galleries / Galeries

 

Please click on a gallery to view the photos / Cliquez s'il vous plait sur une galerie pour voir les photos

______________________________________________________________________________________________

1  / 2  / 3  / 4  / 5  / 6  / 7  / 8  / 9  / 10  / 11  / 12  / 13  / 14  / 15

home //  blah, blah, blah // photo stories/ histoire des photos // Sayana //  about Kevin

South Sudan Independence

 

 

 

 

Contact me/Contactez-moi

 

 

All images copyright © 2006-2014 Kevin A. Urban.  All rights reserved

Toutes les images sont le copyright © 2006-2014 Kevin A. Urban.  Tous droits réserves.